Columnas

7 de mayo de 2020

Au Chili, Sebastián Piñera obtient un répit et cherche à rebondir

Por Rossana Castiglioni

Le chef de l’État a indiqué, jeudi 30 avril, ne pas exclure un nouveau report du référendum portant sur un changement de Constitution.

Fixé au dimanche 26 avril, le référendum portant sur un changement de Constitution devait faire date dans l’histoire du Chili. Le scrutin, repoussé au 25 octobre en raison de la pandémie, était censé apporter une issue institutionnelle à la plus grave crise sociale traversée par le pays depuis le rétablissement de la démocratie. La hausse du prix du ticket de métro à Santiago en octobre dernier avait servi de détonateur, entraînant plusieurs mois de protestations, de violences et de pillages qui s’étaient soldés par un bilan de 31 morts.

Symbole de ce passé récent incandescent, le graffiti «Históricas» peint sur la place Baquedano, épicentre des manifestations dans la capitale, Santiago, rappelle la dernière mobilisation d’envergure ; le 8 mars, plus d’un million de femmes étaient venues marcher pour leurs droits. Une semaine plus tard, le début d’une série de fermetures – écoles puis commerces et administrations – venait suspendre sine die la contestation sociale.

Continuar leyendo en Le Figaro

En Portada

cerrar